" La fureur de l'éternuement "

9782953773279

Nouveau

La création de ce livre est le résultat d’un dialogue que nous avons voulu engager en se donnant pour cadre plusieurs exigences : d’un côté, l’absence de texte et de l’autre, l’utilisation créative des images grâce des méthodes de compression, de dilatation et de superposition.

Plus de détails

23 ouvrages

15,00 €

Modes de paiement - paypal ou chèque
Modes de paiement - paypal ou chèque

Fiche technique

Hauteur28 cm
Largeur22 cm
Epaisseur1,6 cm
Couverturesouple
ReliureCollée
Edité en2013
Poids850 gr

En savoir plus

L’exposition de peinture que Baptiste Roux et moi-même avons organisée en janvier 2012 emprunte son titre un poème de Kurt Schwitters, La fureur de l’éternuement, entièrement écrit en onomatopées – Tesch, Haisch, Tschiia… Un texte malgré tout porteur de sens, celui de l’éternuement éclaboussant de sa fureur tout ce qui l’entoure. À travers ce titre, notre idée était d’exposer-exploser les différentes manières d’aborder la peinture aujourd’hui : toutes font partie d’un même élan sans pour autant produire un ensemble homogène.

Au projet d’exposition a succédé un ouvrage qui le documente. Un groupe de rédaction s’est ainsi constitué avec Philippe Richard, Jérôme Boutterin, Baptiste Roux, Andrea Leupold et moi-même. Des débats ont aussi eu lieu avec Christophe Cuzin, Sylvie Ruaulx, Dominique De Beir, Vincent Côme et Lucile Encrevé. Le projet d’édition est devenu celui d’un livre entièrement fait d’images, dont les mots seraient absents et où la chronologie serait remplacée par un mode de présentation transversal des oeuvres et notes visuelles des différents artistes. Le résultat est un kaléidoscope qui figure la multiplicité de nos différentes identités.

Ces images veulent rendre compte aussi d’une vision éclatée et non exhaustive d’un état de la peinture d’aujourd’hui. En outre, photographier la peinture constitue un travail de recherche parallèle, dont la fonction est un peu similaire celle des didascalies dans les textes dramatiques. L’idée est d’interroger les différentes manières dont la peinture se donne voir.

Nous, artistes, travaillons aujourd’hui non seulement la conception et la réalisation des oeuvres mais aussi la création d’outils pour les percevoir. Cette conscience d’une autre vie des oeuvres travers leur image nous oblige développer une sensibilité du regard, en inventant de nouvelles manières de les penser et de les montrer.


La création de ce livre est le résultat d’un dialogue que nous avons voulu engager en se donnant pour cadre plusieurs exigences : d’un côté, l’absence de texte et de l’autre, l’utilisation créative des images grâce des méthodes de compression, de dilatation et de superposition.

L’idée d’un Musée imaginaire tel que Malraux l’avait imaginé ou encore celle de l’Atlas Mnemosyne d’Aby Warburg ne sont pas loin. Ce corpus la fois éclaté et cohérent de photographies d’oeuvres, de vues d’exposition et de prises de notes photographiques fonctionne la manière du titre de l’exposition : comme un éclat d’intentions divergentes et de tentatives de mise en ordre… À vos souhaits.
MiguelAM
Montreuil été 2012